Germaine Versailles
Les pires souffrances finissent toujours par se diluer dans l’océan du temps. Et les amours mortes ont un léger parfum de ridicule qui n’arrange rien.

Les pires souffrances finissent toujours par se diluer dans l’océan du temps. Et les amours mortes ont un léger parfum de ridicule qui n’arrange rien.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de